Ogive nucléaire: garder la tête froide-seconde partie

Bonsoir, comme vu dans l’article précédent, on peut se demander comment réaliser une injection de gaz froids à la pointe de l’ogive.

Il y a les fusée d’ Elon Musk qui peuvent nous donner l’idée: un petit moteur fusée de faible poussée orienté vers l’avant de l’ogive.

Question: quelle est l’ordre de grandeur des pressions au sein de l’onde de choc pour pouvoir repousser cette onde de pression au delà de la surface de l’ogive? Si on en croit le shéma diffusé par les chinois , la température maximale est de 9000k. En appliquant la loi des gaz parfait, la compression du volume de gaz compris dans la lentille de l’onde de choc, en supposant son volume constant est d’environ…..33 bars seulement.

Ceci semble donc bien accessible à un petit moteur fusée, les pressions obtenues dans les chambres de combustion étant nettement plus fortes. On peut même imaginer, afin de réduire l’effet oxydatif de l’air ambiant, un moteur fusée imparfait brûlant un mélange riche en carburant, l’exès de carburant maintenant une atmosphère réductrice empêchant que le revêtement de la tête ne brûle…

Idée zarb: injecter directement le carburant liquide grâce à un “karcher” à la pointe de l’ogive en lieu de moteur fusée…Bon, pour les Nords Coréens, les injecteurs diesels d’une vieille japonaise devraient faire l’affaire. (la pression dans les injecteurs diesel à injection directe montent à 1.000-1600 bars, laaaaargement assez pour couvrir le besoin.)

et hop, roule ma poule, y’a pus qu’a tester 🙂 , me manque la soufflerie hypersonique 😆

M101 enfin de la couleur.

Bonjour, j’ai réalisé dans la nuit du 4 au 5 mai 2019 une prise de vue de Messier 101, une galaxie spirale dans la constellation de la Grande Ourse.

L’objectif était double: vérifier le réglage du miroir secondaire du téléscope newton, tester les images en LRVB.

Le setup: télésope 154mm diamètre et 600mm focale sur monture Orion Sirius sans autoguidage, caméra Zwo ASI 183 monochrome, correcteur de coma TSGPU et roue à flitre Zwo.

D’un point de vue technique, j’ai réalisé 1h20 de poses en luminance, et 10 minutes de poses pour chaque couleur (rouge, vert, bleu) avec des poses unitaires de 20 secondes grâce à cette caméra refroidie à -18°c.

Lien full

La couche luminance:


lien full

Le défaut de tilt semble quasi disparu, mais la couleur tire un peu sur le vert…

Antimissiles stratégiques: le grand délire technique?

Bonsoir,

L’interception de missiles tactiques ou stratégique d’une portée supérieure à 500km est actuellement à la mode, vu la multiplication des menaces nucléaires. Historiquement, les premiers systèmes faisaient appel à des explosions nucléaires en altitude pour l’interception. ces systèmes étaient encadrés par le traité ABM, les Russes ayant choisi de protéger Moscou, les USA un site de lancement (silos)

Lors de la première guerre du Golfe, en 1991, les USA ont testé grandeur nature l’efficacité des Patriot contre les SCUD et apparentés avec un taux de réussite réel faible, voire nul (?) sauvés par l’imprécision de l’arme attaquante et la faiblesse de sa charge offensive (de mémoire 300kg d’explosifs pour le missile SCUD à portée allongée à 900 km). L’usage du Patriot lors de la guerre du Yemen, plus récente a montré une certaine inefficacité, l’aéroport de Riyad ayant été atteint par une ogive tirée à 1000km environ, avec un delai de réaction de l’ordre de dix minutes seulement

Le stade suivant a été le THAAD américain, le début des essais étant mauvais, ils se sont amélioré en condition expérimentale. S’en est suivi un système basé en Alaska pour intercepter les tirs (nord- coréens ou Chinois?) de fiabilité encore douteuse lors d’essais contrôlé. La Chine est également rentrée dans cette course avec un peu plus (?) de succes.

Aucun de ces système n’a jamais été testé lors d’un conflit réel.

Raisonnons maintenant à la mode de l’attaquant: La partie la plus sensible à l’interception est le vol propulsé du missile: En effet à ce moment là, il y a  peu d’objets en vol, donc la défense se trouve avantagée, d’autant qu’il est quasi impossible d’user de leurres…a moins d’imaginer le tir simultané de fusées inertes chargées de détourner le tir de l’antimissile.

Une fois la ou les ogives larguées, la situation côté défenseur devient plus critique, en effet, il va se trouver confronté à une multitude d’objets en vol, de la coiffe en passant par des leurres volontaires. A ce niveau, il y a 2 possibilités: Chercher à camoufler l’attaque (difficile et coûteux) soit au contraire à rendre tout bien brillant aux yeux des radars, via des reflecteurs voire même par des répéteurs actifs et d’émetteurs infrarouges relativement faciles à réaliser pour attirer la tête chercheuse de l’antimissile. L’important dans le second cas étant de multiplier le nombre d’objets potentiellement dangereux. Il est à noter qu’une fois dans l’espace, l’ensemble de ces objets se déplacent à la même vitesse, sur des trajectoires proches.

A la descente, pour un ICBM la tête file à environ 20 fois la vitesse du son, pour finir sa trajectoire à 7-10 fois cette même vitesse. La tête peut manoeuvrer pour rendre l’interception difficile, d’autant que le temps de réaction est extrèmement court et que l’engin parcourt les derniers 300-400km en 2 minutes maximum….

Ces systèmes antimissiles ont pour caractéristiques d’être couteux, au point qu’il n’est pas sûr que l’antimissile soit moins cher que le missile avec sa tête nucléaire….

Têtes nucléaires gardons la tête froide.

Certains ingénieurs de Corée du nord pédalent dans la semoule pour garder la tête froide. C’est fou ce que l’on trouve sur le Net, le principe de refroidissement des dites têtes publié par les…chinois. Le principe est d’injecter à la pointe de l’ogive par un ou plusieurs trous un gaz froid afin de former un film frais et de repousser en avant de la tête l’onde de choc et ses hautes températures.

Là les Nord-Coréens ont oublié de percer les petits trous pour refroidir la tête du Hwasong 10….

J’avais entendu parler de l'”aérospike” des américains…lien mais ce n’est valide que pour la phase propulsée du missile, pour la descente la pointe d’air est utilisée….

Sous marin (nucléaire ou pas): faire la chasse grâce à Neptune et ses petits poissons.

ils ont la banane!

Bonjour

Séquence délire: Imaginer une arme pour la chasse au sous marin nucléaire à partir de sources ouvertes. Le sous marin est une arme fantastique, relativement discrète et non signée. La détection du sous marin se fait soit au bruit (qui augmente si le sous marin navigue plus vite) soit à son magnétisme (détection par avion). L’avion renifleur a été une vaste escroquerie scientifique fin années 70.

Pour rester discret vis à vis du bruit, il suffit de se déplacer lentement sans danser la valse dans le sous marin. De plus, si les moteurs tournent lentement il est moins détectable. Il semblerait que la vitesse en mode silencieux soit faible de l’ordre de 5 nœuds. (ceci est confirmé lors d’une collision le 6 fevrier 2009 entre deux SNLE, un français, un anglais, en fevrier 2009: la vitesse au moment de la collision était de 3-4 noeuds-sources “illusions nucléaire” de P Quilès lien ) Un sous marin nucléaire lanceur d’engin, doit, par nature, rester silencieux pour ne pas se faire repérer. Alors, comment faire pour chasser le SNLE si possible à coût modique?

La mine intelligente: On peut imaginer une mine ou torpille dormante posée sur le fond de la mer et qui ne s’active que lorsqu’un sous marin passe à portée à la manière d’un fourmilion guettant la fourmi au fond de son cône. Il faut pour cela disposer de la signature acoustique du sous marin, et que la torpille dispose d’un sonar passif couplée avec une base de données de sons de sous marin. Avec un « If bruit, else je m’active, on arrive au résultat voulu. Mais, miner au delà de ses eaux territoriales est difficile, voire impossible pour certains états. Ce serait bien si la mine était mobile. En 1939, la France avait miné le fleuve Rhin afin de paralyser le trafic batelier. Réussite complète avec quelques centaines d’engins largués, qui flottaient entre deux eaux.

Or, il existe des engins qui semblent pouvoir être prometteurs pour cet usage, il s’agit du planeur sous marin. Comme les avions planeurs, ils sont silencieux car leur motricité est assurée en faisant varier leur flottabilité grâce à une vessie natatoire…comme les poissons. Les expérimentations chinoises montrent une autonomie de plusieurs mois. Comment cela peut-il fonctionner? La vessie natatoire peut être constituée d’un cylindre d’acier interne relié à la mer par une conduite disposant d’une vanne. L’intérieur de ce cylindre est séparé par un compartiment gaz ou eau par une membrane mobile (en gros, comme dans un vase d’expansion de chauffage central) On peut imaginer que l’injection de gaz fasse varier le poids du cylindre ou, simplement le chauffage du gaz qui peut être en partie liquide/sous forme gazeuse. Pour monter l’engin fait entrer le gaz dans le cylindre et chasse l’eau, pour descendre il admet l’eau en chassant le gaz ou en le refroidissant. La source d’énergie peut être apporté par une pile à combustible au méthanol, moins coûteuse que la pile à hydrogène. Il faut en revanche prévoir une source d’oxygène à bord. Cet engin donc navigue entre deux eaux à des profondeurs qui vont de la surface à quasi 1000 m, couvrant le besoin. Je ne dispose pas des données de vitesse ni des données de finesse hydrodynamique de ce bidule, mais ça a l’air d’être exploitable. En effet, le mode de déplacement est silencieux par nature (pas de moteurs tournants) Si le sous marin est quasi immobile, le simple bruit des pompes et du réacteur nucléaire va attirer le « poisson » jusqu’au contact. Si le sous marin est plus rapide que les engins, il ne sait pas ou ils sont => si ça se trouve il fonce dessus! La chasse avec des engins plus nombreux mais plus lents est parfaitement réalisable (exemple célèbre du jeu où il faut éviter les zombies à la Wii à la différence que…vous ne savez pas où sont les zombies!) Il est peut être (?) même possible que ces engins puissent communiquer entre eux via ondes ultra longues…et chasser en réseau. Il est également possible d’établir une “liste blanche” de sources sonores à ne pas attaquer pour protéger ses navires et une liste noire de cibles au niveau du traitement du signal sonore.

Le seul moyen de détection de cette arme par le sous marin consiste à allumer son sonar actif: Là il perds le bénéfice de la discrétion!

A noter que le même engin peut servir à attaquer les navires de surface.

Dans l’article sur l’engin chinois ils parlent de coût modiques….

PS les derniers modèles plongent à plus de 8000m, en les faisant « bouchonner » ils peuvent acquérir de la vitesse.

Dernier détail: cette arme comme les missiles atomiques portés par les sous marins, est non signée, c’est à dire qu’il n’y a pas de possibilité d’accuser un attaquant si on perds un sous marin. Si on en pêche une au filet (les chinois l’ont fait ?? ) on ne peut rien en déduire….

Edit de ….2021: Un article du Monde parle de ces “planeurs sous marins”… https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/08/des-drones-chinois-dans-les-eaux-indonesiennes_6065613_3210.html

Pour sourire, bonne écoute!

Lien

Dissuasion nucléaire: que peuvent bien se raconter les présidents Français lors de la passation de pouvoir?

Amis du soir, bonsoir,

Après chaque élection présidentielle, il y a une cérémonie de passation des pouvoirs entre le sortant et le nouvel élu. Une partie de cette cérémonie est secrète concerne les “codes nucléaires” et différents “secrets d’état”. Sachant que la formation à la stratégie nucléaire n’est pas un enseignement universitaire ni au sein de l’ENA, que peuvent-ils bien se raconter?

Que savons nous de la force de dissuasion française?

D’un point de vue vecteur, nous disposons des missiles ASMP A avec une tête de 300Kt (54 missiles?), et de 4 sous marins SNLE permettant une permanence en mer équipé chacun de 16 missiles M51 (6 têtes nucléaires de 100kt par missile). C’est ce que l’on trouve en littérature ouverte. Cf Wikipedia

Maintenant le principe de la dissuasion nucléaire semble simple. En France elle a toujours été dite “du faible au fort”, c’est à dire vise à dissuader un grand état (pour ne pas le nommer l’URSS du temps de De Gaulle) d’attaquer conventionellement ou nucléairement notre état sous peine de réponse cuisante et de dégas inacceptables pour l’ennemi. Ceci fonctionne bien si nous n’avons qu’un seul ennemi. Mais, si nous en avons plusieurs, cela fonctionne-t-il aussi? Si un allié “douteux” est dans la même configuration est-ce celui çi peut être tenté de provoquer une guerre entre deux états en friction (attaque sous fausse banière)?

Actuellement les états possesseurs d’armement nucléaire et de vecteurs sont les USA, la Russie, la France, La grande Bretagne, la Chine, L’Inde, le Pakistan, Israël, La Corée du Nord. Le Moyen Orient est source de conflit depuis longtemps, et certains des pays de la région font la course à la bombe: Iran, Arabie Saoudite, voire Turquie.

Question: as-t-on actuellement les moyens en France d’avoir une capacité de détection et d’identification d’une attaque nucléaire sur notre sol?

-en terme de satellite d’alerte avancé on a eu le programme Spirale => il semblerait que le lancement de satellites d’alerte avancé soit prévue pour fin des années 2020… De plus ces systèmes ne sont pas forcément fiable, peuvent interpréter le tir de fusées sondes météo comme celle d’un missile voire un simple reflet infrarouge sur des nuages…cas véridique d’alertes bloquées par des hommes suspicieux attendant le boum avant de répondre…

-en terme de radar d’alerte avancé, à ma connaissance, il n’y a rien de comparable au programmes chinois

Pour être clair, si nous sommes victimes d’une attaque nucléaire surprise, il nous est actuellement impossible d’identifier l’assaillant. Lorsque nous aurons les satellites, peut être pourrons nous les identifier…et encore, un tir de sous marin est anonyme, il faudra compter sur la signature infrarouge du missile porteur pour l’identification…si nous avons acquis la vraie signature de ceux ci auparavant.

Que faire en attendant en cas d’attaque? arroser de principe la Russie? l’Iran?, ou notre allié douteux qu’est l’Arabie Saoudite?

Cela vous semble fou de provoquer une guerre nucléaire généralisée…pourtant les codes de mise à feu des “Minuteman” américains ont longtemps été triviaux: 00000000 pour provoquer le tir! lien

Question suivante, pour les petits états (Israël, Corée du nord) qu’en est-il de la stratégie nucléaire? Probablement une variante de l’option Samson! (on arrose alliés et ennemis pour provoquer une déflagration finale)

Si j’avais la bombe nord coréenne…ou israëlienne ;)

Amis du soir, bonsoir.

Voici à quoi ressemble la bombe H nord coréenne:

This is what the North Korean H-bomb looks like:

Ceci loge donc bien dans une ogive comme on peut le voir sur le schéma en arrière plan.

This is housed in a warhead as can be seen on the diagram in the background.

Problème pour ces petits états: ils n’ont pas de capacité de détection d’une attaque intercontinentale et de leur identification, surtout si l’attaquant tire d’un sous marin. En cas de menace vitale, ils en seraient donc réduit à arroser les potentiels agresseurs voire alliés suspects.

The problem for these small states is that they do not have the capacity to detect an intercontinental attack and identify them, especially if the attacker is firing from a submarine. In case of a vital threat, they would be reduced to spraying potential aggressors or even suspect allies.

Quelle pourrait donc être la réponse de ces petits états lors d’une confrontation avec un grand?

So what might be the response of these small states in a confrontation with a large one?

Pour la Corée du Nord, il y aurait un moyen astucieux: faire faire le travail par plus vindicatifs qu’eux vis à vis des USA. Pour cela il suffit de vendre les “recettes nucléaires” aux opposants des USA. Mais il y a probablement mieux: Troller les USA grâce à Internet:

For North Korea, there would be a clever way: to have the work done by those who are more vindictive than they are towards the USA. To do this, it is enough to sell the “nuclear recipes” to the opponents of the USA. But there is probably a better way: Troll the USA through the Internet:

Le principe est simple rendre le monde à terme instable par la diffusion massive du savoir faire nucléaire, sans créer de morts au moment de cette diffusion: Internet a une remarquable résistance à toute tentative de censure/contrôle une fois l’information diffusée. Se servir de cette spécificité, au lieu, comme le Dr Khan père de la bombe A pakistanaise de vendre un CD (Ce Dr Khan est également à l’origine de la bombe A nord coréenne-pour la petite histoire après avoir profité de failles (?) de l’OTAN lorsqu’il travaillait pour une usine d’enrichissement germano-hollandaise….)

The principle is simple: to make the world unstable in the long run by the massive diffusion of nuclear know-how, without creating deaths at the time of this diffusion: Internet has a remarkable resistance to any attempt of censorship/control once the information is diffused. Use this specificity, instead of, like Dr Khan, father of the Pakistani A-bomb, selling a CD (This Dr Khan is also at the origin of the North Korean A-bomb – for the record – after having taken advantage of NATO loopholes when he was working for a German-Dutch enrichment plant ….)

On peut donc imaginer une diffusion de ce savoir via le Net pour un état menacé dans ses intérêts vitaux. La diffusion d’un point de vue technique pourrait se faire via des fichiers chiffrés diffusé sur le cloud ou sur le darknet dès maintenant, et, si les tensions militaires sont fortes (genre rassemblement de 500.000 américains en Corée du Sud), diffuser la clef de déchiffrage à tous les services spéciaux de tous les pays. Comme tous les pays ont au moins un ennemi 🙂 ils seront forcé de télécharger les données pour ne pas être victime du futur incertain. Pour accentuer la pression, il faudrait même rendre public cette diffusion et donc faire parvenir cette clef de décryptage aux principaux médias, y compris ennemis…

We can therefore imagine a diffusion of this knowledge via the Net for a state threatened in its vital interests. The dissemination from a technical point of view could be done via encrypted files disseminated on the cloud or on the darknet from now on, and, if the military tensions are strong (such as the gathering of 500,000 Americans in South Korea), disseminate the decryption key to all the special services of all countries. As all countries have at least one enemy 🙂 they will be forced to download the data in order not to be victim of the uncertain future. To increase the pressure, it would be necessary to make this diffusion public and thus to send this decoding key to the main media, including enemies…

On peut même imaginer que la diffusion de ce savoir faire se fasse comme une série télévisée, par saison, avec teaser pour appâter le chaland (diffuser par petits bouts, en premier, par exemple, le petit manuel de conception du RD 250 (moteur fusée des missiles “Satan” Russe et des engins nord coréen)….

One can even imagine that the diffusion of this know-how is done like a television series, by season, with teaser to bait the customer (to diffuse by small pieces, in first, for example, the small manual of conception of the RD 250 (rocket engine of the missiles “Satan” Russian and of the North Korean devices) ….

Pour éviter d’être controlé par une coupure régionale d’internet empêchant la diffusion des clefs, (je crois que la Corée du Nord n’est relié à l’internet mondial que par deux cables (un chinois, l’autre, plus récent, russe), on pourrait imaginer un serveur déporté qui spammerait que si la ligne entre le centre de contrôle nord coréen et ce serveur venait à être coupé… 😮

To avoid being controlled by a regional cut of Internet preventing the diffusion of the keys, (I believe that North Korea is connected to the world Internet only by two cables (a Chinese one, the other one, more recent, Russian), one could imagine a deported server which would spam if the line between the North Korean control center and this server was cut…

Il faut donc se poser la question dès maintenant: Internet contient-il des bouts de secrets nucléaires attendant une confrontation? Si techniquement ceci est réalisable la seule parade serait de couper le net 😮 .

We must therefore ask ourselves the question right now: does the Internet contain bits of nuclear secrets waiting for a confrontation? If this is technically possible, the only way to stop it would be to cut off the net

Il est à noter que le premier qui évoque la possibilité d’une manoeuvre de ce type provoque une tempête médiatique voire économique. J’ai de la chance ce blog est obscur.

It is worth noting that the first person who mentions the possibility of such a maneuver causes a media and even economic storm. I am lucky that this blog is obscure.

N’ayez pas peur, c’est un délire… 😉 , je suis MAD.

Délire, vous avez dit délire, regardez ici https://www.38north.org/wp-content/uploads/pdf/NKIP-Terrell-WMD-Use-and-Proliferation-Challenges-062217.pdf (en anglais)….


Mars2019: NGC4565, M51 et M3

Bonjour,

en cette fin mars 2019, j’ai réalisé une imagerie de deux galaxies et d’un amas globulaire à l’aide de mon matériel habituel: téléscope Newton 154mm de diamètre et 600mm de focale, caméra Zwo ASI 183 monochrome, monture Orion Sirius (clône HEQ5).

Pour les deux galaxies, les paramètres de prise sont identiques: 275 images de 20 secondes soit un peu plus de 1h30 de pose, gain à 195 sous logiciel Asicap, température du capteur à -18°c.

Donc NGC 4565, galaxie de l’aiguille vue par la tranche:

Puis M51, deux galaxies vues de face:

L’amas globulaire M3 a, par contre, bénéficié que de 16 minutes 20 secondes de poses.

Dominique

Trio du Lion, enfin ça commence a avoir “de la gueule”

Dans la nuit du 25 au 26 fevrier, j’ai imagé le trio du Lion, situé à la base de la patte arrière de l’animal dans cette constellation.

3 galaxies, M 65, M66, et NGC 3628.

Pour une fois, flats, darks et offsets réalisés.

setup: téléscope newton de 600mm de focale et 150mm de diamètre sur HEQ5 sans autoguidage, ASI 183 monochrome refroidie à -18°c, 300 images de 20 secondes avec gain à 195 (acquisition sous asicap).

Traitement siril seul.

Voici la présentation sur astrometry.

Je suis quand même en suréchantillonnage modéré avec cette caméra.

Routeur TP-Link TL-WR1043ND: gare aux backdoors

Bonsoir, ce routeur bon marché m’a déçu: le firmware d’origine est équipé d’une backdoor, trouvée il y a quelques années par des polonais. Un facétieux s’en est servi (de la backdoor) pour mettre mon ordinateur principal en mode contrôle parental strict, plus d’accès internet, juste accès au routeur: l’attaquant a joué avec iptable 😀 . Ce n’était pas visible dans le gestionnaire graphique du routeur.

Cette attaque a eu lieu au moment d’un échange via mel un peu chaud. J’ai dû mettre un firmware alternatif et procéder à une installation de Lede/Openwrt afin de fermer la porte!

(Pour mémoire système d’exploitation à domicile: des Xubuntu à jour)

les références: https://sekurak.pl/tp-link-httptftp-backdoor/

En musique: https://youtu.be/uk_ilymWo4s

autohebergement: experience de Yunohost.

Bonsoir,

Je vais vous présenter le serveur sur lequel j’avais installé Yunohost. C’est un mini ordinateur à refroidissement passif que j’ai dû améliorer en charcutant le capot pour y intégrer (!) un radiateur de northbridge provenant d’une carte mère.

Avec ce honteux bricolage, le pauvre celeron n3000 ne chauffe plus qu’a 65° en charge, et ne trottle pas.

Ce mini ordinateur est équipé de 4 Go de RAM (largement assez pour yunohost) et d’un ssd de 120 Go. L’installation de Yunohost se fait simplement https://yunohost.org/#/

Malheureusement les microcoupures de ma ligne ADSL ont eu raison de la fiabilité du serveur (plusieurs centaines par jour l’été). De plus, j’ai été victime d’une attaque réussie, non sur le serveur, mais sur le routeur situé en avant de celui ci (attaque qui visait une autre machine de mon réseau domiciliaire).

NGC 2024 (nébuleuse de la flamme) avec la tête de cheval

Bonjour,

Hier j’ai fait un peu d’imagerie astronomique avec mon téléscope 150/600mm de type newton. J’ai procédé à l’acquisition de 200 images avec une ASI 183 monochrome dont j’ai retenu 90% des meilleures (passage nuageux). La caméra était refroidie à -18°c, le gain à 145 et la durée des images unitaires de 20s. L’arrivée des nuages a fait que je n’ai qu’une heure cumulée de poses. Sur l’image ci dessous, pas de dark, il faudrait pourtant s’astreindre à les faire correctement.

J’ai peut être un petit défaut de “tilt”, la perpendicularité du capteur vis à vis de l’axe optique n’est pas exacte mais le porte oculaire n’est pas “réglable” (réglage uniquement avec l’inclinaison du miroir secondaire)

Retour du blog pas mûr après 8 mois d’absence.

bonjour,

Voici le blog pas mûr, de retour après huit mois d’absence. Hébergé en premier lieu @home sur un serveur sous Yunohost, constituée d’un mini ordinateur beebox honteusement charcuté pour en améliorer le refroidissement passif. L’instabilité de ma ligne ADSL m’a fait renoncer à mon autohebergement, les micro coupures ayant eu raison de la fiabilité du serveur. Etant donné que la fibre n’arrivera que dans un an sous la forme du bocal orange (internet bridé, une box sans mode passerelle…), j’ai sauté le pas de l’hebergement chez OVH pour 50€/an (la beebox à elle seule consommait 30€/an d’électricité). Ayant sauvegardé une partie des articles de l’ancien blog, je pense les remettre en ligne pour information des lecteurs.