NGC7635 nébuleuse de la bulle (financière)

Réalisé avec mon téléscope de 250mm de diamètre et ma monture CEM 60.

Toujours sans autoguidage, avec une caméra ASI 183 monchrome et filtres S, H, O zwo.

90 prises de vues de 1 minute pour chaque filtre, gain à 100 caméra refroidie à -10°.

Par convention, le S (souffre) est en rouge, le H (alpha) est en vert, le O (oxygène) en bleu.

L’étoile “centrale” qui est en réalité près du bord inférieur de la bulle, géante, pousse les gaz environnants ce qui forme cette fameuse bulle. Quand la bulle (financière) sera mure, ceci explosera en supernova.

Guerre des étoiles: Le marchand de sable va passer.

Bonsoir,

Cet article du journal “Le Monde” https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/08/08/elon-musk-don-quichotte-d-un-nihilisme-planetaire-adule-par-l-ignorance-d-une-societe-en-totale-deconnexion-avec-la-realite-scientifique_6090885_3232.html M’a fait réfléchir sur les programmes de lanceurs lourds prévus aux USA et plus annodectiquement en Chine.

En effet cet article rappelle que la “colonisation” de Mars chère à Elon Musk n’est qu’un miroir aux alouettes. Alors, pour quoi faire des lanceurs lourds pouvant mettre en orbite basse plus de 100t?

Sur le marché des satellites, les plus gros satellites géostationnaires font aux environs de 8t. la capacité de Ariane 6 est de 12t en GTO….et pas un sat de ce poids n’existe en géostationnaire.

Donc 100t de charge utile, c’est pour quoi faire? Je ne vois que deux usages: soit des rods from God (bombardement cinétique par des barres d’uranium appauvri/tungstène à partir de l’orbite basse), soit des modules de type Polyus (module laser testé par les soviétiques pour griller les sats ennemis), bref, un des élements principaux de la Guerre des étoiles qui refont surface (IDS du temps de Ronald Reagan).

Question subsidiaire que faire pour un état qui n’a pas de lanceur lourd pour imiter?

On suppose que l’armement dans l’Espace est diplomatiquement autorisé.

J’ai une solution, peu technologique, “crade” mais efficace.

Le principe est d’interdire l’orbite à de gros objets. L’énergie cinétique d’une balle de Kalshnikov est de 2500 joules à la bouche du canon. Cela correspond à peu près à celle d’une bille de tungstène de 1,6mm de diamètre et 40mg lancée à 16km/s contre un satellite si la bille est mise sur orbite rétrograde.

Question: Quelle est la masse de billes de tungstène à mettre en orbite pour “interdire” une zone?

Faisons l’hypothèse suivante: je veux interdire l’orbite à 410 km d’altitude sur une hauteur de 10km au dessus et au dessous. Je veux une bille tous les 10m (La section de Polyus était de 150m2 supérieure à 100m2 la probabilité de toucher à la première rencontre nuage/objet est très forte) sur un nuage fin mais étalé perpendiculairement à la direction suivie par les billes. Si on répartit sur une section de 1° et une hauteur totale de 20km centré sur l’orbite à 410km d’altitude on obtient une section de balayage de 120km environ sur 20km de haut. Cela fait 2400km2 de surface de balayage sur laquelle je place une bille de tungstène tous les 10m (soit 1 pour 100m2) soit 24 millions de billes à orbiter. À 40mg par bille cela fait un poids de…..960kg, arrondissons à la tonne!

Conclusion: l’interdiction de l’orbite par un nuage de sable est techniquement à la portée de ceux qui mettent en orbite des sats de 1t….

On peut même rendre la chose moins crade en faisant en sorte que l’orbite de la gerbe de plomb de chasse recoupe la surface de la terre (tir suborbital). En image:

PS Si le tir est orbital ces billes vont tourner longtemps et que l’entièreté de la zone entre 400 et 420 km va être parcourue au bout de quelques mois. Pour diffuser les billes en nuage, il suffit d’un système proche d’une sableuse autoroutière: projeter les billes sur un disque tournant.

Torpille nucléaire Poséidon: diable que c’est compliqué!

Bonjour,

La Russie a décidé de s’équiper d’une torpille à propulsion nucléaire et armée d’une bombe nucléaire salée au cobalt de 100 mégatonnes. L’engin, d’un point de vue pratique peut plonger à 2.000m, et se déplace jusqu’a 56 noeuds selon les données transmises.

Or, miniaturiser le réacteur nucléaire (il doit loger dans un engin de 2m de diamètre sur 20 de long) est difficile, et, pour tout dire est d’une sophistication inutile.

En effet, à partir du moment où la décision a été prise de réaliser un engin porteur d’une bombe salée au cobalt, il est probablement plus simple de réaliser une mine nucléaire prépositionnée par temps de “paix” (bah, les sous marins nucléaires naviguent bien par temps de paix avec leurs engins de morts, alors, un de plus ou de moins…)

L’engin pourrait être mis à l’eau discrètement grace à un navire modifié (ou non) d’apparence civile. L’absence de réacteur nucléaire simplifirait la manutention de l’arme (peu ou pas de radioactivité).

Pour éviter que l’ennemi soit tenté de repêcher la chose, il faudrait l’équiper d’un détonateur sensible à la pression de l’eau. Pour le déclenchement de l’engin (ou sa désactivation) une liaison par ondes ultralongue serait possible, sur le même principe que la liaison avec les sous marins actuels.

Comme quoi, les recettes pétatoires sont multiples….

Ogive nucléaire: garder la tête froide-seconde partie

Bonsoir, comme vu dans l’article précédent, on peut se demander comment réaliser une injection de gaz froids à la pointe de l’ogive.

Il y a les fusée d’ Elon Musk qui peuvent nous donner l’idée: un petit moteur fusée de faible poussée orienté vers l’avant de l’ogive.

Question: quelle est l’ordre de grandeur des pressions au sein de l’onde de choc pour pouvoir repousser cette onde de pression au delà de la surface de l’ogive? Si on en croit le shéma diffusé par les chinois , la température maximale est de 9000k. En appliquant la loi des gaz parfait, la compression du volume de gaz compris dans la lentille de l’onde de choc, en supposant son volume constant est d’environ…..33 bars seulement.

Ceci semble donc bien accessible à un petit moteur fusée, les pressions obtenues dans les chambres de combustion étant nettement plus fortes. On peut même imaginer, afin de réduire l’effet oxydatif de l’air ambiant, un moteur fusée imparfait brûlant un mélange riche en carburant, l’exès de carburant maintenant une atmosphère réductrice empêchant que le revêtement de la tête ne brûle…

Idée zarb: injecter directement le carburant liquide grâce à un “karcher” à la pointe de l’ogive en lieu de moteur fusée…Bon, pour les Nords Coréens, les injecteurs diesels d’une vieille japonaise devraient faire l’affaire. (la pression dans les injecteurs diesel à injection directe montent à 1.000-1600 bars, laaaaargement assez pour couvrir le besoin.)

et hop, roule ma poule, y’a pus qu’a tester 🙂 , me manque la soufflerie hypersonique 😆

Têtes nucléaires gardons la tête froide.

Certains ingénieurs de Corée du nord pédalent dans la semoule pour garder la tête froide. C’est fou ce que l’on trouve sur le Net, le principe de refroidissement des dites têtes publié par les…chinois. Le principe est d’injecter à la pointe de l’ogive par un ou plusieurs trous un gaz froid afin de former un film frais et de repousser en avant de la tête l’onde de choc et ses hautes températures.

Là les Nord-Coréens ont oublié de percer les petits trous pour refroidir la tête du Hwasong 10….

J’avais entendu parler de l'”aérospike” des américains…lien mais ce n’est valide que pour la phase propulsée du missile, pour la descente la pointe d’air est utilisée….

Si j’avais la bombe nord coréenne…ou israëlienne ;)

Amis du soir, bonsoir.

Voici à quoi ressemble la bombe H nord coréenne:

This is what the North Korean H-bomb looks like:

Ceci loge donc bien dans une ogive comme on peut le voir sur le schéma en arrière plan.

This is housed in a warhead as can be seen on the diagram in the background.

Problème pour ces petits états: ils n’ont pas de capacité de détection d’une attaque intercontinentale et de leur identification, surtout si l’attaquant tire d’un sous marin. En cas de menace vitale, ils en seraient donc réduit à arroser les potentiels agresseurs voire alliés suspects.

The problem for these small states is that they do not have the capacity to detect an intercontinental attack and identify them, especially if the attacker is firing from a submarine. In case of a vital threat, they would be reduced to spraying potential aggressors or even suspect allies.

Quelle pourrait donc être la réponse de ces petits états lors d’une confrontation avec un grand?

So what might be the response of these small states in a confrontation with a large one?

Pour la Corée du Nord, il y aurait un moyen astucieux: faire faire le travail par plus vindicatifs qu’eux vis à vis des USA. Pour cela il suffit de vendre les “recettes nucléaires” aux opposants des USA. Mais il y a probablement mieux: Troller les USA grâce à Internet:

For North Korea, there would be a clever way: to have the work done by those who are more vindictive than they are towards the USA. To do this, it is enough to sell the “nuclear recipes” to the opponents of the USA. But there is probably a better way: Troll the USA through the Internet:

Le principe est simple rendre le monde à terme instable par la diffusion massive du savoir faire nucléaire, sans créer de morts au moment de cette diffusion: Internet a une remarquable résistance à toute tentative de censure/contrôle une fois l’information diffusée. Se servir de cette spécificité, au lieu, comme le Dr Khan père de la bombe A pakistanaise de vendre un CD (Ce Dr Khan est également à l’origine de la bombe A nord coréenne-pour la petite histoire après avoir profité de failles (?) de l’OTAN lorsqu’il travaillait pour une usine d’enrichissement germano-hollandaise….)

The principle is simple: to make the world unstable in the long run by the massive diffusion of nuclear know-how, without creating deaths at the time of this diffusion: Internet has a remarkable resistance to any attempt of censorship/control once the information is diffused. Use this specificity, instead of, like Dr Khan, father of the Pakistani A-bomb, selling a CD (This Dr Khan is also at the origin of the North Korean A-bomb – for the record – after having taken advantage of NATO loopholes when he was working for a German-Dutch enrichment plant ….)

On peut donc imaginer une diffusion de ce savoir via le Net pour un état menacé dans ses intérêts vitaux. La diffusion d’un point de vue technique pourrait se faire via des fichiers chiffrés diffusé sur le cloud ou sur le darknet dès maintenant, et, si les tensions militaires sont fortes (genre rassemblement de 500.000 américains en Corée du Sud), diffuser la clef de déchiffrage à tous les services spéciaux de tous les pays. Comme tous les pays ont au moins un ennemi 🙂 ils seront forcé de télécharger les données pour ne pas être victime du futur incertain. Pour accentuer la pression, il faudrait même rendre public cette diffusion et donc faire parvenir cette clef de décryptage aux principaux médias, y compris ennemis…

We can therefore imagine a diffusion of this knowledge via the Net for a state threatened in its vital interests. The dissemination from a technical point of view could be done via encrypted files disseminated on the cloud or on the darknet from now on, and, if the military tensions are strong (such as the gathering of 500,000 Americans in South Korea), disseminate the decryption key to all the special services of all countries. As all countries have at least one enemy 🙂 they will be forced to download the data in order not to be victim of the uncertain future. To increase the pressure, it would be necessary to make this diffusion public and thus to send this decoding key to the main media, including enemies…

On peut même imaginer que la diffusion de ce savoir faire se fasse comme une série télévisée, par saison, avec teaser pour appâter le chaland (diffuser par petits bouts, en premier, par exemple, le petit manuel de conception du RD 250 (moteur fusée des missiles “Satan” Russe et des engins nord coréen)….

One can even imagine that the diffusion of this know-how is done like a television series, by season, with teaser to bait the customer (to diffuse by small pieces, in first, for example, the small manual of conception of the RD 250 (rocket engine of the missiles “Satan” Russian and of the North Korean devices) ….

Pour éviter d’être controlé par une coupure régionale d’internet empêchant la diffusion des clefs, (je crois que la Corée du Nord n’est relié à l’internet mondial que par deux cables (un chinois, l’autre, plus récent, russe), on pourrait imaginer un serveur déporté qui spammerait que si la ligne entre le centre de contrôle nord coréen et ce serveur venait à être coupé… 😮

To avoid being controlled by a regional cut of Internet preventing the diffusion of the keys, (I believe that North Korea is connected to the world Internet only by two cables (a Chinese one, the other one, more recent, Russian), one could imagine a deported server which would spam if the line between the North Korean control center and this server was cut…

Il faut donc se poser la question dès maintenant: Internet contient-il des bouts de secrets nucléaires attendant une confrontation? Si techniquement ceci est réalisable la seule parade serait de couper le net 😮 .

We must therefore ask ourselves the question right now: does the Internet contain bits of nuclear secrets waiting for a confrontation? If this is technically possible, the only way to stop it would be to cut off the net

Il est à noter que le premier qui évoque la possibilité d’une manoeuvre de ce type provoque une tempête médiatique voire économique. J’ai de la chance ce blog est obscur.

It is worth noting that the first person who mentions the possibility of such a maneuver causes a media and even economic storm. I am lucky that this blog is obscure.

N’ayez pas peur, c’est un délire… 😉 , je suis MAD.

Délire, vous avez dit délire, regardez ici https://www.38north.org/wp-content/uploads/pdf/NKIP-Terrell-WMD-Use-and-Proliferation-Challenges-062217.pdf (en anglais)….