Sous marin (nucléaire ou pas): faire la chasse grâce à Neptune et ses petits poissons.

ils ont la banane!

Bonjour

Séquence délire: Imaginer une arme pour la chasse au sous marin nucléaire à partir de sources ouvertes. Le sous marin est une arme fantastique, relativement discrète et non signée. La détection du sous marin se fait soit au bruit (qui augmente si le sous marin navigue plus vite) soit à son magnétisme (détection par avion). L’avion renifleur a été une vaste escroquerie scientifique fin années 70.

Pour rester discret vis à vis du bruit, il suffit de se déplacer lentement sans danser la valse dans le sous marin. De plus, si les moteurs tournent lentement il est moins détectable. Il semblerait que la vitesse en mode silencieux soit faible de l’ordre de 5 nœuds. (ceci est confirmé lors d’une collision le 6 fevrier 2009 entre deux SNLE, un français, un anglais, en fevrier 2009: la vitesse au moment de la collision était de 3-4 noeuds-sources “illusions nucléaire” de P Quilès lien ) Un sous marin nucléaire lanceur d’engin, doit, par nature, rester silencieux pour ne pas se faire repérer. Alors, comment faire pour chasser le SNLE si possible à coût modique?

La mine intelligente: On peut imaginer une mine ou torpille dormante posée sur le fond de la mer et qui ne s’active que lorsqu’un sous marin passe à portée à la manière d’un fourmilion guettant la fourmi au fond de son cône. Il faut pour cela disposer de la signature acoustique du sous marin, et que la torpille dispose d’un sonar passif couplée avec une base de données de sons de sous marin. Avec un « If bruit, else je m’active, on arrive au résultat voulu. Mais, miner au delà de ses eaux territoriales est difficile, voire impossible pour certains états. Ce serait bien si la mine était mobile. En 1939, la France avait miné le fleuve Rhin afin de paralyser le trafic batelier. Réussite complète avec quelques centaines d’engins largués, qui flottaient entre deux eaux.

Or, il existe des engins qui semblent pouvoir être prometteurs pour cet usage, il s’agit du planeur sous marin. Comme les avions planeurs, ils sont silencieux car leur motricité est assurée en faisant varier leur flottabilité grâce à une vessie natatoire…comme les poissons. Les expérimentations chinoises montrent une autonomie de plusieurs mois. Comment cela peut-il fonctionner? La vessie natatoire peut être constituée d’un cylindre d’acier interne relié à la mer par une conduite disposant d’une vanne. L’intérieur de ce cylindre est séparé par un compartiment gaz ou eau par une membrane mobile (en gros, comme dans un vase d’expansion de chauffage central) On peut imaginer que l’injection de gaz fasse varier le poids du cylindre ou, simplement le chauffage du gaz qui peut être en partie liquide/sous forme gazeuse. Pour monter l’engin fait entrer le gaz dans le cylindre et chasse l’eau, pour descendre il admet l’eau en chassant le gaz ou en le refroidissant. La source d’énergie peut être apporté par une pile à combustible au méthanol, moins coûteuse que la pile à hydrogène. Il faut en revanche prévoir une source d’oxygène à bord. Cet engin donc navigue entre deux eaux à des profondeurs qui vont de la surface à quasi 1000 m, couvrant le besoin. Je ne dispose pas des données de vitesse ni des données de finesse hydrodynamique de ce bidule, mais ça a l’air d’être exploitable. En effet, le mode de déplacement est silencieux par nature (pas de moteurs tournants) Si le sous marin est quasi immobile, le simple bruit des pompes et du réacteur nucléaire va attirer le « poisson » jusqu’au contact. Si le sous marin est plus rapide que les engins, il ne sait pas ou ils sont => si ça se trouve il fonce dessus! La chasse avec des engins plus nombreux mais plus lents est parfaitement réalisable (exemple célèbre du jeu où il faut éviter les zombies à la Wii à la différence que…vous ne savez pas où sont les zombies!) Il est peut être (?) même possible que ces engins puissent communiquer entre eux via ondes ultra longues…et chasser en réseau. Il est également possible d’établir une “liste blanche” de sources sonores à ne pas attaquer pour protéger ses navires et une liste noire de cibles au niveau du traitement du signal sonore.

Le seul moyen de détection de cette arme par le sous marin consiste à allumer son sonar actif: Là il perds le bénéfice de la discrétion!

A noter que le même engin peut servir à attaquer les navires de surface.

Dans l’article sur l’engin chinois ils parlent de coût modiques….

PS les derniers modèles plongent à plus de 8000m, en les faisant « bouchonner » ils peuvent acquérir de la vitesse.

Dernier détail: cette arme comme les missiles atomiques portés par les sous marins, est non signée, c’est à dire qu’il n’y a pas de possibilité d’accuser un attaquant si on perds un sous marin. Si on en pêche une au filet (les chinois l’ont fait ?? ) on ne peut rien en déduire….

Edit de ….2021: Un article du Monde parle de ces “planeurs sous marins”… https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/08/des-drones-chinois-dans-les-eaux-indonesiennes_6065613_3210.html

Pour sourire, bonne écoute!

Lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *